Cyberviolence : agir et prévenir – une formation en ligne!

Développée par Relais-femmes, en collaboration avec le Bureau de consultation jeunesse, Elizabeth Harper et Sylvie Jochems (professeures à l’École de travail social de l’UQAM), la formation en ligne Cyberviolence : agir et prévenir s’adresse surtout aux intervenantEs des groupes jeunesse, des groupes de femmes et des organismes communautaires, travaillant auprès des jeunes de 14 à 25 ans. Mais la formation est d’intérêt également pour les jeunes elles-eux mêmes, leurs parents et toute personne préoccupée par le problème de la cyberviolence.

La formation se décline en quatre modules :

  1. CyberVIOLENCE
  2. CYBERviolence
  3. Comment intervenir
  4. Outils et références

C’est hier après-midi à la librairie féministe L’Euguélionne qu’a eu lieu le lancement de la formation. La belle librairie (à visiter!) était pleine à craquer de personnes engagées à faire en sorte que le cyberespace soit un milieu respectueux et sécuritaire, pour les jeunes et pour tout le monde.

J’ai hâte de suivre la formation en ligne moi-même au cours des prochains jours!

Et vous? Essayez-la donc et partagez-en le lien autour de vous : cyberviolence.ca

Photo du site de cyberviolence.ca montrant une jeune fille avec cellulaire Photo du site cyberviolence.ca, montrant un jeune homme avec son cellulaire

 

 

 

 

« Gender must be central to the data protection conversation, not a side note »

Ana Brandusescu, Research & Policy Officer at the Web Foundation, writes in a post last month:

Gender plays a significant role in the design and implementation of technology, online privacy, and data protection. In turn, how technology is deployed, how online privacy is protected, and how data is collected and used all impact women differently than men.

[…]

There are divides between women who do work on gender, and women who work in tech fields who never mention the word gender. To have these two groups at the opposite side of the same spectrum may not always be constructive, particularly if one group is just talking about gender, while the other one is negating it all together. We must work to bring these groups together, and incorporate women and a gendered perspective to conversations across the spectrum. Moreover, we must work to include a wide range of women’s voices and perspectives in these efforts — an all-white female panel doesn’t support intersectionality in gender.

[…]

Read the full post from February 9, 2018 at: https://webfoundation.org/2018/02/gender-must-be-central-to-the-data-protection-conversation-not-a-side-note/

Image en tête du billet de blogue